Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2015

Les traits d’esprit d’Arlette Delevallée 

La recherche d’Arlette Delevallée est hybride et toute entière concentrée sur le commentaire de la vie.
Pour sortir du respect de la forme, de la matière et de la technique en exprimant tout l’humour qui est en elle, l’artiste utilise des cartons thermoformés montés sur châssis qu’elle transforme en volumes peints. Travaillé avec des apprêts spéciaux, le carton s’anime sous l’acrylique ou l’huile. Rigide, à l’épaisseur maîtrisée, le support est aussi idéal pour insérer des collages, des pochoirs mais également des mots, des messages drôles et politiques à la fois : c’’est l’occasion de dénoncer avec ironie les travers de la société, comme le goût du pouvoir qui dévore les hommes.  « Le pouvoir, compétition… Tout compétition… Que compétition. Plus haut… Plus vite… Plus fort. » Le rythme des phrases qui ponctue l’œuvre est haché comme une respiration saccadée.

Arlette Delevallée donne du sens et délivre un message cadencé sous la prégnance de l’actualité. Il y a dans ses œuvres, comme che…

Véronique Degabriel, s’approcher du réel 

Cette amoureuse de la nature, de la mer et de la Provence a offert au public du salon Art prestige à Villeneuve Lez Avignon du 9 au 16 Octobre 2015 la possibilité de découvrir ses deux dernières séries : Natures Vivantes et Régates. Immergée dans un environnement familier, rempli de repères, Véronique Degabriel travaille avec une connaissance intime des lieux, un environnement dans lequel elle s’inscrit. C’est une artiste du sud en résidence permanente. Ses natures vivantes se trouvent essentiellement dans son jardin ou dans les environs de son village de Maubec dans le Vaucluse. Les Régates sont nées du mouvement des hommes, des bateaux et de la mer lors de courses de voiliers sur la côte d’Azur, où l’artiste se rend régulièrement. « Représenter les fruits de mon jardin en grand format, permet d’exposer leur beauté de façon spectaculaire. Les régates offrent la possibilité de s’immerger dans l’action des hommes et des vagues qui vivent sur le tableau. »

Pour rester fidèle le plus possib…

François de Verdière, itinéraire marin

A l’origine de ses travaux, une envie de découvrir et transformer des territoires, des océans et les hommes qui en vivent, ceux de la Bretagne comme ceux de l’océan Indien, souvent baignés par cette même lumière bleue marine. Cet ancien ingénieur mêle sa passion pour l’exploration topographique des sols de la mer à celle des techniques plastiques. En quête perpétuelle de luminosité, son procédé mixte mélange le sable et les résines mais aussi la photo, la superposition de collages papiers ou numériques, les documents originaux, des traces, témoins silencieux de la mer, marouflés dans la toile. Ce sont, entre autres, des archives du commandant de marine Brenot, ancien collègue du commandant Cousteau. Des fonds de cartes marines, des bathymétries qui mesurent le relief de l’océan.

« En scannant de vieilles images sur plaques de verre j'ai imaginé que ce patrimoine côtier datant d'environ 100 ans se transformait sous la pression humaine et qu'il serait peut-être méconnaissable d…