Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2015

Abramian, perceptions virtuelles

Sous toile de fond d’écran, Abramian évolue dans la sphère virtuelle. Elle apporte à ses encres sur papier une signature numérique abstraite et animée à travers des expositions personnelles qu’elle met en ligne sur le Réseau.« Les expositions virtuelles régulières que je réalise sur mon site web n'ont rien à voire avec l’expérience des expositions physiques que j'ai monté dans le passé. La vitrine virtuelle est beaucoup plus grande, grande comme le Monde. » Entre le filtre et le flux, Abramian applique à sa peinture la poésie du langage informatique pour valoriser une esthétique du fragment en mouvement. « La présentation virtuelle en « gif » animé est une solution qui permet de capter le regard du spectateur sur un format d'écran réduit. Le temps de transition et le temps d'arrêt participe à l’œuvre. » Son art réside danscette volonté de confrontation directe avec l’œil du spectateur. Sa peinture numérisée, compressée, décontextualisée et diffusée en boucle opère par as…

Carole et Louis

Le tricentenaire de la mort de Louis XIV est l’occasion pour Carole Fournet de témoigner de sa passion pour la lumière d’une époque ; celle des grands qui ont fait l’Histoire de France. 
Le château de Maisons-Laffitte est son terrain de prédilection pour croquer, peindre et reproduire avec une extravagance qui lui est propre les scènes mythiques du château. Peintures, sculptures, moulures… Des œuvres les plus monumentales aux détails les plus imperceptibles, son ouvrage Histoires revisitées constitue un glossaire d’une remarquable singularité. Louis XIV est pour l’artiste, une idole transportée dans le temps présent. Son portrait à taille humaine reconsidère celui du peintre Hyacinthe Rigaud dont l’original se trouve au Louvre et une copie au château de Maisons-Laffitte. Carole Fournet se met à la recherche des forces qui renouvèlent le passé. Elle réinvente le sublime en venant alternativement découvrir et recouvrir les profondeurs du mythe du plus étincelant Roi de France. Sa technique …

Marie-Rose Atchama, l’effervescente renaissance

Marie-Rose Atchama fabrique des univers imaginaires qui ont peut-être existés ou qui existeront. La création de ces mondes d’un autre temps, à la fois attrayants et fantasmés se situent entre le rêve et la fiction. Elle nous engouffre dans les méandres de son inconscient pour découvrir petit à petit des scènes informelles et extraordinaires. Sa technique mixte invite l’acrylique ou l’huile sur toile déposée au couteau ou au pinceau mais aussi l’encre de chine guidée par la plume lorsqu’elle choisit le papyrus. D’autres effets en relief de collage peuvent s’intégrer sur du carton ou sur du bois. Sa palette vive et joyeuse s’unit au flou, au vaporeux, à l'impression. Dans ce bouillonnement, oiseaux et poissons s’agitent dans le même bain, entre ciel et terre. Sa touche pleine de vivacité s’inspire de l’intensité lyrique invoquant un répertoire hétérogène de sujets mystérieux, de paysages aux teintes doucement orageuses, aux volutes et arabesques qui balayent du plus abstrait au vraimen…

Marine Assoumov, du lisible au visible

Fascinée par la lettre et le signe, et par leur disponibilité à s’arracher au sens, Marine Assoumov construit une poésie visuelle qui lui est propre.
« J’ai toujours beaucoup aimé les histoires. Petite, je voulais être écrivain. Je me suis ensuite penchée sur l’univers de la bande dessinée et j’ai réalisé plusieurs albums. » Le collage est pour l’artiste une autre technique narrative. Dans sa série Lettres anonymes, elle ne s’enferme pas dans un procédé figé et tend vers deux axes de recherche. Elle active et dramatise ses pièces par le collage « muet » où les fragments de papiers sont sélectionnés pour leur matière et leur couleur et le collage « parlant », une sélection de signes où elle associe des lettres qui créeront des mots, des expressions, des semblants de phrases. Par glissement, elle opère pour faire chavirer le sens. Elle sonde, du lisible au visible, autant les qualités formelles que sémantiques pour observer ce qui dépasse le sens dans le mot et le perceptible dans l’image…