Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2014

Patrice Claude, l’exutoire du trait

Patrice Claudese plaît à jouer des contrastes, de la couleur et du trait. C’est le primat de l’expérience sur l’œuvre, entre l’intention et l’accident. Sa création oscillante souligne l’importance de l’adversité mise à l’épreuve. Un véritable rapport de force se transmet au spectateur sous forme d’abstraction gestuelle. Pour un contact plus direct et plus manuel avec la peinture, l’artiste fabrique sa peinture avec des pigments en poudre. Il peint exclusivement au couteau ancré ou lisse. “L’inspiration de départ vient d’une couleur ou d’une forme, c’est la matière picturale qui me guide ensuite, par contraste, antagonisme, polychromie. Je n’utilise pas beaucoup la ligne droite. Ma toile est un canevas tissé dont les motifs sortis de mes couteaux bifurquent allègrement, comme des racines d’arbres…” Dans les profondeurs de son inconscient, les embranchements dessinent son tempérament pictural. La contamination et la saturation des lignes s’enracinent comme la prédominance de la couleur vive…

Laëti de Flo à contre courant

“Je m’invente un monde où rien n’est grave, où l’on ne médit plus, où l’on est libre de s’envoler même sans ailes.” Bienvenu dans le jardin stellaire de Laëti de Flo. Entre fleurs et astres, mer et ciel, ses champs de constellations spectaculaires sont un rafraichissement pictural qui nous fait perdre les lois de l’apesanteur.
Entrelacs, volutes et touches en flochetage, presque pointillistes colonisent l’espace… L’univers de Laëti de Flo est une surface poétique où le fond se mêle à la forme, où les effets de style s’unissent à une technique mixte maîtrisée. Huile, acrylique, feuille d’or, vernis à ongles se lient sur la toile avant d’être recouverts d’une ultime couche de vernis Epoxy. L’artiste utilise plus volontiers le couteau ou le pinceau sur les touches plus enlevées. Elles s’insinuent comme une caresse dans les courbes, précises ou imprécises, toujours élégantes. “Sur ces thèmes ondulatoires je travaille des traits souples, les touches et les couleurs se succèdent pour arriver…

Gyslaine Pachet Micheneau, le bonheur reproduit

La peinture de Gyslaine Pachet Micheneau est une peinture emprunte d’évasion et de gaieté. Un bouquet de souvenirs de voyages, d’enfance, de moments agréables passés en famille. « Les dimanches nous partions souvent au bord de la mer avec mes parents et mes frères. Nous allions nous promener au bord de l'eau et pêcher des coquillages. J'aime reproduire ces scènes qui me rappellent ces dimanches en famille. Ce sont des lieux où je me sentais bien, des moments de joie et de plaisir. » L’artiste nous projette dans un espace du rêve, simple, ouvert. Les canaux bordés de petites maisons multicolores de Burano ; l’île du nord de la lagune de Venise devient accessible, à portée. Elle nous invite à prendre conscience de la visite. C’est une ouverture mentale vers des frontières palpables qui préserve le sentiment magique de l’inconnu. L’Italie, l’Espagne, les plages, les ports, les champs de coquelicots … Les traces, références intimes du processus de travail de l’artiste sont nécessair…

Jacqueline Politis, pulsation plastique

Jacqueline Politis est passionnée de musique classique. Les concerts de la chaîne musicale Mezzo lui servent de matrice. Via l’écran, elle réalise des photographies instantanées et des croquis en arrêt sur image. Puis elle transpose sur toile. Elle peint à l’acrylique et surtout à l’huile, au spalter, au pinceau, ou encore au couteau. L’artiste s’attarde sur les attitudes jubilantes ou dramatiques, toujours variées, des chefs d’orchestre, ces personnalités complètement habitées dans l’exercice de leur fonction. «Ma première passion était pour le piano mais j’ai appris trop tard. Douée en dessin, j’ai sagement viré vers la peinture à ma retraite. Un jour, à la télévision, j’ai découvert les merveilleuses expressions des chefs d’orchestre Simon Rattle et Vladimir Jurowski. UnCoup de foudre ! Il fallait que je les saisisse…» Les toiles de Jacqueline Politis sont des partitions où les mesures ne se composent pas de silences. Le style est figuratif, narratif. L’expression du visage fait écho…

Denise Jensen, cheminement vers l’abstrait

La mode, la peinture aux touches figuratives est un point de départ que l’artiste choisit d’étirer jusqu’au degré subtil d’une abstraction aux nouveaux confins.
Il y a au préalable l’attrait du tissu puis celui du papier, du dessin, et de la peinture. Sous le geste maîtrisé de l’artiste, des silhouettes naissent sur la toile. Elles sont les matrices affinées d’un processus progressif de déconstruction, de fragmentation de la forme et de la couleur. « Après avoir utilisé comme support le tissu, essentiellement la soie,  j’ai laissé glisser mon pinceau dans la fluidité pour en faire par la suite des vêtements uniques aux couleurs très fortes. Le passage sur papier s'est ensuite imposé comme une évidence. Les silhouettes sont nées d’un élan figuratif pour retrouver le dessin de mode tout en laissant l'imagination vagabonde autour de leur présence. Les dessins de Kiraz pour représenter la femme sont pour moi une inspiration du monde de la mode. La femme moderne dans sa vitalité repr…