Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2012

Bernard Foutrier, « l’homme des équilibres impossibles »

Bernard Foutrier sculpte le bois plein, le bois de rivière d’Armançon ou encore le bois de vigne de Chablis. Avec l’opinel et la gouge, il creuse, casse, déconstruit, fragmente, nettoie pour trouver la stabilité des formes. Une quête perpétuelle de la posture vers le point d’équilibre.

« L’ordre né du désordre, c’est un principe que j’ai toujours défendu dans ma vie. » L’artiste, qui, petit voulait être révolutionnaire professionnel, a côtoyé toute sa vie la sphère politique. Fin analyste du communisme, il se définit comme « l’homme des équilibres impossibles. » Mais lorsqu’il sculpte, le discours disparaît. « Mes sculptures n’ont pas de visée idéologique, je ne veux pas interpeller, mon travail marque la distance avec la société » poursuit-il. Ses premiers traits naissent pendant la révolte spontanée de 1968, des dessins d’héritage surréaliste. « Le drame des surréalistes est de croire qu’ils produisaient des choses nouvelles. Nous sommes comme nos frères, ni mieux, ni moins bien. » Di…