Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2012

Et si l’art servait à matérialiser l’infiniment petit ?

A la croisée de la science et de l’art, les travaux de Servent-Ermes émanent d’une recherche rationnelle sur l’univers où la particule devient l’élément formel.
Servant-Ermes travaille l’expression du monde en introduisant de manière visible l’invisible, un art qu’il baptise « quantique » pour étudier l’énigme de nos origines. « C’est la matérialisation de ce que nous ne pouvons pas voir à l’œil nu ou avec aucun appareil. Un lieu où les particules et les ondes dansent en interaction » affirme l’artiste. Son travail repose sur la suggestion de l’existence d’une particule antagoniste qui formerait la masse noire, laquelle par résonance, offrirait sans big-bang d’autres particules dont la lumière, l’énergie, la matière. Puis uneparticule mémoire, empreinte de l’espace temps viendrait s’ajouter.
L’univers mental
De l’infiniment grand à l’infiniment petit, de l’entité absolue à la perception de l’intime, Servant-Ermes transpose la conscience de l’humanité vers le cortex cérébral car c’est au…